Bonnes adresses
Révolution numérique & mutations des professions immobilières : à Nantes, un campus pilote forme les futurs agents à l’immobilier de demain

A lire : L'éthique du protestantisme

Le produit intérieur brut

Les formations nantaises aux métiers de l’immobilier ont le vent en poupe !
Et pour cause, le campus de l’ESPI Nantes bénéficie d’une dynamique locale foncièrement innovante et engagée dans l’adaptation aux évolutions de la profession,.
C’est que, sur l’île de Nantes, se trouve un lieu unique à rayonnement mondial : le Nantes Tech, quartier de la création et lieu de concentration des talents, moteur et incubateur du numérique et des nouvelles technologies,. L’énergie qu’il impulse dans la cité a pour effet de favoriser la rencontre de l’immobilier avec ses transformations, en cours et à venir.
Cet automne, c’est un « Hackaton » réunissant étudiants en numérique et en immobilier autour de l’innovation en matière d’habitat connecté qui se tient dans la métropole. Depuis la rentrée 2017, c’est le campus entier de l’ESPI qui joue le rôle de pilote et qui expérimente les applications possibles du numérique à la profession immobilière.
Afin de ne pas rester à la traîne quant aux innovations du secteur, le mieux est donc de se pencher du côté des Nantais…

Un challenge pour stimuler la création

Ce 22, 23 et 24 octobre se réuniront dans une synergie créative des étudiants en troisième année à l’école du digital EPITECH et des étudiants cycles Mastères Promotion Immobilière et Property Management à l’ESPI, dans le cadre d’un challenge organisé par un promoteur nantais.
Ce « Hackathon » veut mettre en commun les expertises des participants, versant numérique et versant immobilier, pour les amener à imaginer les bâtiments de demains.
Encadrés par des experts en immobilier et en développement durable, les étudiants devront, en binôme et sur un temps limité à 48h, concevoir des prototypes d’éco-bâtiments connectés, tirant un bénéfice maximal des innovations numériques comme des avancées dans le secteur du BTP.
L’objectif : répondre aux nouveaux usages que font les habitants de leur logement et du numérique, recréer du lien et de la communauté par le biais du digital et de la conception de nouveaux espaces… Enfin et surtout, faciliter la vie des occupants comme des professionnels de l’immobilier.
Nul doute que de brillantes propositions sortiront de cet évènement, et il nous faudra tendre l’oreille pour profiter de l’expertise et de l’esprit d’innovation mis en œuvre par ces nouveaux talents pour l’occasion.

 

À Nantes, un campus innovant, connecté et hybride

C’est sur ces mots que sa directrice choisit de commencer sa présentation de l’école nantaise, campus pilote choisi par le groupe pour expérimenter les possibilités en matière d’innovation numérique.

Le campus de Nantes affiche sa nouvelle identité : un lieu de travail et d’apprentissage de 1.800m², imaginé autour de nouveaux espaces de travail collaboratifs tels que les « meeting rooms » (dédiées au travail des cas pratiques en petits groupes) ou le « Learning Lab » favorisant la pédagogie inversée en classe connectée.
Tous ces nouveaux espaces sont équipés de tableaux interactifs permettant à nos étudiants de bénéficier d’outils de travail et de communication innovants, mais également de favoriser et de développer les interactions avec les entreprises ; nos partenaires professionnels s’impliquent à nos côtés au quotidien dans la formation de nos étudiants et permettent ainsi à l’école de jouer son rôle d’incubateur de talents… l’incubateur des futurs talents de « l’immobilier de demain » !
Valérie CAILLARD, Directrice Campus Nantes

L’ESPI, école supérieure des professions immobilières, a été créée en 1972 par de grands acteurs de l’immobilier. Elle compte aujourd’hui plus de 1 800 étudiants, répartis sur les campus de Paris, Nantes, Marseille, Bordeaux et Lyon, et sur les antennes de Montpellier et Nice. Forte de ses 600 partenaires, entreprises et syndicats professionnels, et de ses 220 intervenants, professionnels ou enseignants-chercheurs – tous experts dans leur domaine, l’ESPI cherche à s’enraciner dans l’intégralité des métiers de l’immobilier.
En 2017-2018, le classement Eduniversal-SMBG a sacrée l’ESPI numéro 1 pour la 9ème année consécutive, pour son Bachelor « Gestionnaire d’Affaires Immobilières » (GESAI).
Et à l’heure où les bouleversements engagés par le virage du numérique imposent aux écoles de réaménager en profondeur les standards de la formation des futurs professionnels, l’ESPI ne peut se laisser devancer. Avec l’ouverture de ce nouveau campus nantais, pensé comme incubateur de la révolution numérique en cours au cœur des métiers de l’immobilier, l’école renouvelle sa volonté de rester à la pointe du secteur.

Se former à des métiers en devenir

Entre les multiples professions qu’ils ne connaissent pas, et celles qui restent à inventer, on comprend que de plus en plus de jeunes aient du mal à trouver leur voix et à choisir leur orientation. Le parti pris de l’école nantaise : laisser le nouveau advenir au sein du connu.
Pour ce faire, ce sont des locaux entièrement repensés qu’ont retrouvés les étudiants à la rentrée de l’an dernier. En parallèle des classes classiques, on trouve sur le campus des « meeting rooms » spécialement conçues pour le travail collectif : c’est une manière d’anticiper l’arrivée dans un univers professionnel désormais organisé en open space, mais aussi de créer le lieu d’une communauté des savoirs et des réflexions.
Ce que l’ESPI nomme le « learning lab » a pour but, lui, de mettre en pratique les expériences de pédagogie inversée : « Notre méthode repose sur une pédagogie inversée. Les étudiants se confrontent d’abord au réel via des cas pratiques. Et de là, nous les emmenons vers la théorie et la compétence métier, » souligne Valérie Caillard, renouvelant par là un vœu cher aux enseignants, celui de développer et, finalement, de généraliser la pratique de la pédagogie inversée, fonctionnant selon le principe d’induction et d’expérimentation autonome, dont on a montré depuis longtemps qu’ils ont de bien meilleurs résultats en termes d’apprentissage que le cours magistral.
Dans cette optique, toutes les salles sont équipées de tablettes ou de « smartboards » , permettant aux étudiants de communiquer entre eux, mais aussi avec leurs professeurs, qui ont des retours en temps réel sur leurs avancées.
Tout au long de leur cursus, les étudiants sont par ailleurs confrontés à des professionnels en activité : pour Valérie Caillard, « cette interaction est nécessaire. Elle permet aux étudiants de se familiariser avec les innovations du secteur, de se connecter à l’écosystème local en identifiant les acteurs du marché de l’immobilier ainsi que de créer les conditions d’un renouveau du secteur. » Une perspective que rejoint David Azoulay, directeur de l’agence Immo9 Nantes : « Nous sommes en constante recherche de ce type de profils. Ce que notre profession requiert, ce sont des experts du secteur prêts à lui apporter un nouveau souffle ».
Le programme des formations se voit lui aussi logiquement remodelé : initiation à l’utilisation des lunettes de réalité virtuelle, démonstration d’utilisation de logiciels 3D de conception de maquettes numériques, formation au partage d’informations et à la modération sur les réseaux sociaux… Tout est pensé dans cette idée forte de Valérie Caillard selon laquelle, « demain, tous les professionnels de l’immobilier devront être agiles et connectés. La maîtrise des outils et des techniques leur permettra notamment de pouvoir réinvestir la relation client et de créer les conditions de la confiance.  » Une relation qui est, elle-même, appelée à évoluer.

L’immobilier se dirige vers une expérience client à la fois simplifiée et augmentée

Du côté les clients aussi, la nouvelle donne de l’immobilier va se faire sentir. Valérie Caillard en est convaincue : « avec la digitalisation, nous sommes en train de transformer voire de réinventer totalement les métiers de l’immobilier autant que les usages. »
Et ce sont ces usages qui, au sein d’une profession commerciale où la satisfaction et le confort du client sont primordiaux, qui vont faire toute la différence : « Avec la réalité virtuelle, l’expérience client est augmentée. Résultats : fini les visites à n’en plus finir. L’acheteur gagne du temps mais aussi en qualité de conseil. »
C’est donc également un retour à l’agence physique qui s’annonce, puisque de là clients et agents pourront multiplier les visites virtuelles sans problème de déplacement, réduisant ainsi les coûts en temps, et réalisant du même coup des économies financières et écologiques substantielles.

Pour aller plus loin

Découvrez les formations proposées par l’ESPI.
Postulez chez Immo9.